Étiquettes

, , , ,

loading please wait

 

Le 28 Juin l’ASN a autoriser l’utilisation de la cuve du nouveau réacteur de Flamanville, qui ne passait pas les contrôles qualités.

La démarche qualité a marché puisqu’elle a permis de remonter le problème et de le rendre publique, et pourtant cette démarche n’a servi à rien puisque elle n’a aucunement permis à ce que la pièce défectueuse ne soit pas utilisée.

On est en droit d’imaginer les risques d’une catastrophe  nucléaire par rapport à une attaque terroriste, des virus informatiques, un black out, chute du réseau électrique. Il est difficile d’imaginer que le principal risque provient de la propre industrie du nucléaire. Il est curieux que les sécurités aient été volontairement enlevées à Tchernobyl, que les réacteurs aient été construits trop bas à Fukushima (la colline a été creusée pour les mettre aussi bas, pour économiser l’énergie du pompage de l’eau de mer sic) que puisque la cuve est installée, elle sera utilisée bien que défectueuse à Flamanville. Personne ne porte la lucidité de dire stop nous faisons une erreur dans le processus industriel, même si cela entraine des mensonges et des catastrophes dont la responsabilité et bien plus grande qu’une simple erreur.

Est ce qu’on peut faire confiance à ceux qui nous ont créés de tels problèmes pour les résoudre ? Le progrès ce menace lui même, il ne vaut rien si il n’est pas partagé par tous, aussi il est peut être temps de dire collectivement STOP nous faisons une erreur, partager, réenchanter le monde. Leurs rêves ressemblent de plus en plus à nos cauchemars.

 

Publicités